Think thank sur les politiques publiques dans le secteur agricole et rural en Afrique de l’Ouest

Accueil / Nos Publications / Études et recherches / Etudes sur les effets de la COVID19 / La pêche artisanale face aux défis de la covid-19 au Sénégal

La pêche artisanale face aux défis de la covid-19 au Sénégal

L’étude sur « La pêche artisanale face aux défis de la Covid-19 au Sénégal » a pris forme autour de la question de recherche suivante : comment les chaînes de production et de distribution des produits halieutiques pourraient être affectées par la Covid-19 ?

La covid-19 s’est transformée en un choc économique dans beaucoup de pays faisant appel à des stratégies de riposte pour limiter ses conséquences. Pour endiguer la propagation de la pandémie, le Sénégal a instauré l’Etat d’urgence, avec l’interdiction des transports interurbains, un couvre-feu de 20h à 6h1 et la fermeture des frontières. Ces mesures se sont transformées en de véritables contraintes pour les systèmes productifs économiques, notamment la pêche artisanale. Fidèle à sa mission de veille prospective, l’IPAR a initié une multitude d’études sur les « effets de la COVID-19 sur les secteurs économiques clés du Sénégal », notamment la pêche artisanale (PA) à laquelle le présent rapport est consacré.

Les systèmes de pêche artisanaux sont tributaires, dans le cadre de leur fonctionnement, d’un ensemble de conditions notamment la libre circulation des pêcheurs dans les eaux maritimes sénégalaises, l’accès aux centres de débarquement, la fluidité des systèmes de transports inter-régionaux, interterritoriaux et aéroportuaires. Les mesures d’atténuation du choc sanitaire au Sénégal ont eu la particularité de bouleverser le fonctionnement de ces systèmes de production et de distribution.

Les bouleversements observés dans les systèmes productifs sont relatifs aux perturbations des heures de travail, aux problèmes d’accès aux zones de pêche, à la réduction du temps de pêche, à la restriction des libertés et opportunités du pêcheur et la baisse relative des prises. A ces problèmes, s’ajoutent la perturbation de la chaîne de distribution relative au ralentissement du mareyage national et sous-régional des produits halieutiques. Le retrait des banabanas et clients de la chaîne de mareyage et le gel des exportations ont grandement contribué à ces dérèglements. Par conséquent, les acteurs de la PA (pêcheurs, mareyeurs, transformatrices) ont dû faire face à de véritables contraintes financières. L’absence quasiment de banabanas, de la clientèle dans les circuits de distribution et le gel des exportations auraient fortement affecté la situation financière des acteurs de la PA. Le retour sur investissement des acteurs est ainsi très incertain. Certains ont été même contraints d’aller en chômage technique.

Considérant ces bouleversements, quelle a été la place de ces acteurs ou plus globalement de la PA dans le programme de résilience économique et sociale édicté par le Sénégal ? Les résultats de l’étude ont montré l’absence de stratégies d’accompagnent de l’Etat aux acteurs de la pêche artisanale. De l’Etat, ils attendaient un appui concerté pour une durabilité du secteur ou à la limite un appui financier ponctuel pour un rebondissement du secteur. Ces résultats de recherche ont permis d’émettre quelques recommandations à l’attention des acteurs étatiques et professionnels.