Think thank sur les politiques publiques dans le secteur agricole et rural en Afrique de l’Ouest

Accueil / Que faisons-nous ? / Recherche / Changement climatique / Passer de la réaction à l’action : anticiper les points chauds de la (...)

Passer de la réaction à l’action : anticiper les points chauds de la vulnérabilité au Sahel.

Publié le 14 novembre 2022

Un rapport de synthèse du projet d’analyse prédictive du Sahel en soutien à la Stratégie intégrée des Nations Unies pour le Sahel.

Le Sahel est confronté à des défis croissants en matière de sécurité humaine et de développement en raison de l’interaction complexe de risques divers et croissants dans la région, notamment le changement climatique, la dégradation de l’environnement, l’insécurité alimentaire et des moyens de subsistance, la faible capacité de gouvernance, les conflits et la violence, et les déplacements. Pour atteindre les objectifs de prévention des crises et de résilience définis dans la Stratégie intégrée des Nations Unies pour le Sahel (SINUS) et rompre avec les schémas chroniques de crise, il est préconisé de valoriser le potentiel existant dans la région.
Ce rapport de synthèse du projet « Sahel Predictive Analytics Project » (Projet d’analyse prédictive pour le Sahel) compile une analyse prédictive à court, moyen et long terme basée sur une gamme de sources de données et de méthodologies développées du point de vue de différentes disciplines et organisations scientifiques.
Il est structuré autour de quatre risques majeurs identifiés comme principaux facteurs de vulnérabilité au Sahel : (1) changement climatique, (2) sécurité alimentaire, (3) conflit et (4) migration et déplacement. Pour chaque risque, il donne un aperçu de la situation actuelle dans la région, puis fournit des prévisions sur la façon dont ces risques pourraient changer à l’avenir selon différents scénarios de changement climatique et de développement. Il expose, pour finir, des recommandations stratégiques pour une transformation structurelle de la façon dont les acteurs devraient travailler pour une résilience accrue.

Dr Laure Tall, Agroécologue et directrice de recherche à IPAR et Dr Cheikh Guèye, Géographe, responsable de veille et de la prospective à IPAR ont contribué dans ce rapport.