Think thank sur les politiques publiques dans le secteur agricole et rural en Afrique de l’Ouest

Accueil / BLOG / Les ODD, cinq (5) ans après leur adoption, face à la COVID-19

Les ODD, cinq (5) ans après leur adoption, face à la COVID-19

L’émergence d’une pandémie inédite et multiforme a révélé avant tout que même en cette période difficile, les 17 Objectifs de développement durable constituent la réponse la plus large, de par leurs dimensions sociales, économiques, culturelles et environnementales. Ils seront également d’un apport considérable pour la réponse et la relève dans le monde.

16 juin 2020


Les Etats et les Agences internationales ont développé des plans de riposte ambitieux pour ne laisser personne de côté à travers des mécanismes divers. Toutes ces actions de solidarité favorisent et nécessitent un partenariat durable qui constitue un élément fondamental pour la mise en œuvre et l’atteinte des ODD.
Ces objectifs sont interconnectés et, pour ne laisser personne de côté, il est important d’atteindre chacun d’entre eux, et chacune de leurs cibles, d’ici à 2030.
Selon notre collègue feu Abdourahmane Faye, « rien ne sera plus comme avant ». Alors nous devrons nous réinventer pour que « tout soit mieux qu’avant » !

Depuis son adoption en 2015, jamais les Objectifs de Développement Durable (ODD) n’ont été autant confrontés à une épreuve aussi délicate. En effet, après 5 ans de mise en œuvre des ODD, plusieurs appels à l’action ont été lancés par différentes parties prenantes aussi bien internationales que nationales pour plus d’engagement, de solidarité et surtout pour « ne laisser personne pour compte ». Ces appels à l’action se sont multipliés et résonnent encore plus forts depuis le 11 mars 2020, date à laquelle l’Organisation Mondiale de la Santé (OMS) a déclaré officiellement une situation de pandémie à Covid-19. Cette déclaration a été suivie de fortes demandes aux pays à prendre des mesures de protection essentielles pour prévenir et limiter les impacts de la pandémie. Ces mesures allant de la fermeture des frontières, à l’instauration de l’état d’urgence assorti de couvre-feu dans plusieurs pays du monde auront certainement des impacts sur l’atteinte des ODD. Ils feront émerger et amplifier les limites déjà connues par les pays mais surtout prendre conscience de la nécessité et de l’urgence, plus que jamais, de la mise en œuvre effective des ODD dans le monde. Cette situation amène à se poser un certain nombre de questions : Quels pourraient être les impacts de la pandémie à Covid-19 par rapport à l’atteinte des ODD ? Quelles solutions pour améliorer la mise en œuvre des ODD malgré la pandémie ? Enfin, quelles perspectives pour le Post-COVID ?

Une mise en œuvre mitigée des ODD, cinq (5) ans après leur adoption

Les ODD indiquent la marche à suivre pour parvenir à un avenir meilleur et plus durable pour tous. Ils répondent aux défis mondiaux auxquels sont confrontés les différents pays, en termes de pauvreté, d’inégalités, de dégradation de l’environnement, de prospérité…. Ces objectifs sont interconnectés et, pour ne laisser personne de côté, il est important d’atteindre chacun d’entre eux, et chacune de leurs cibles, d’ici à 2030.

Au regard de cet enjeu capital, il y a eu de nombreuses initiatives prises depuis l’adoption des ODD. En effet, les pays ont commencé à intégrer ces objectifs dans leurs plans et stratégies nationaux, et beaucoup d’entre eux ont mis en place des structures de coordination pour les aligner avec leurs politiques et programmes de développement. L’examen des soumissions nationales volontaires, lors des sessions de 2016, 2017 et 2018 du forum politique de haut niveau, a révélé que des mesures explicites sont nécessaires pour relier les objectifs aux budgets nationaux. Ce qui constitue une étape importante pour intégrer les ODD dans les plans nationaux, gage d’amélioration de la programmation.

Un certain nombre de pays ont également mis en place des structures de coordination pour assurer la mise en œuvre cohérente des objectifs dans tous les secteurs. Il y a eu aussi des initiatives en faveur de l’environnement, notamment en ce qui concerne le changement climatique, l’utilisation des terres ou les océans. A ceux-là s’ajoutent l’implication, de plus en plus importante, du secteur privé et la mobilisation sans précédent de la société civile et des organisations non gouvernementales en faveur du développement durable.

Malgré ces efforts, les résultats, à ce jour, sont bien mitigés et ne sont pas uniformes dans le monde. Selon le Secrétaire général des Nations-Unies, António Guterres, « malgré des efforts considérables ces dernières années, nous ne sommes pas sur la bonne voie pour l’atteinte des Objectifs de Développement Durable d’ici 2030. Nous devons accélérer considérablement le rythme de mise en œuvre alors que nous entrons dans une décennie décisive pour les personnes et la planète. La science est notre grand allié dans les efforts pour atteindre ces objectifs. »

En effet, selon le rapport intitulé « The Future is Now-Science for Achieving Sustainable Development », élaboré par un groupe indépendant de scientifiques en 2019, l’état de mise en œuvre des ODD dans le monde est encore très faible. Des progrès sont notés mais il reste encore beaucoup de choses à faire en seulement 10 ans.
A ces préoccupations majeures et légitimes est venue s’ajouter une situation de crise inédite qui entraîne tous les voyants du développement durable dans « le rouge ». Cette situation plonge l’humanité dans une crise multidimensionnelle, à la fois sanitaire, socio-économique, culturelle et environnementale.

L’émergence d’une pandémie historique

Le 17 novembre 2019 apparaît dans la province de Hubei (en Chine centrale) et plus précisément dans la ville de Wuhan, une maladie infectieuse émergente, appelée la maladie à Coronavirus 2019 ou la Covid-19. Cette maladie est causée par un virus du nom de SARS-CoV-2. Elle s’est propagée par la suite dans le monde entier provoquant une crise sanitaire pouvant être qualifiée d’historique.
En effet, le 30 janvier 2020, l’OMS alerte dans un premier temps la République populaire de Chine et ses autres États membres, puis prononce l’état d’urgence de santé publique de portée internationale. L’épidémie se répand rapidement dans le monde entier touchant près de 200 pays et territoires. Le 11 mars 2020, elle est qualifiée de pandémie par l’OMS.

La panique s’est ainsi installée progressivement et les pays ont commencé à prendre des mesures de protection pour prévenir et limiter les effets de la pandémie. Le monde est confronté alors à des mesures fortes notamment la fermeture de frontières et d’écoles, le confinement et le couvre-feu, la mise en quarantaine massive, les distanciations physiques et sociales nécessaires, le port du masque obligatoire, l’interdiction de rassemblement, etc. Toutes ces mesures entraînent donc une crise socio-économique, culturelle et environnementale que nous sommes certainement déjà en train de vivre.
Les conséquences d’une telle crise sont multiples et variées car elles touchent tous les secteurs, notamment le système sanitaire, le système alimentaire et nutritionnel, le secteur du transport, de l’éducation, de l’environnement, du commerce, etc. Il est certainement encore très tôt pour se prononcer et/ou donner une pleine mesure de l’étendue des effets de cette pandémie dans le monde mais il est sûr que ses impacts seront néfastes sur l’atteinte des ODD

Bien que les pays n’aient pas les mêmes capacités de résilience face aux chocs et surtout ne soient pas au même niveau de mise en œuvre des ODD, force est de reconnaître que les effets de la pandémie à Covid-19 se feront ressentir partout dans le monde. De plus, les pays en voie de développement notamment ceux d’Afrique, bien que relativement épargnés par l’ampleur prédite de la pandémie en termes de nombre de personnes infectées et de morts, risquent d’être les plus touchés par les conséquences socio-économiques, culturels et environnementaux de la pandémie à cause de leurs fortes dépendances aux pays développés.
Fort de ce tableau dépeint, il est indéniable que cette pandémie, ayant sévit pendant quelques mois, constitue déjà une épreuve sans précèdent dans l’atteinte des ODD dans le monde.

La Covid-19, une épreuve inédite pour les ODD

Comme mentionné, il est à ce jour difficile de mesurer pleinement les effets de la COVID-19 sur les ODD déployés à l’échelle nationale, régionale et mondiale. Pour autant, il est indéniable que cette crise multiforme ait révélé avant tout que même en cette période difficile, ces 17 Objectifs constituent la réponse la plus large, de par leurs dimensions sociales, économiques, culturelles et environnementales. En effet, chacun de ces objectifs a été et/ou sera certainement touché par la pandémie à Covid-19. Mais ils seront également d’un apport considérable pour la réponse et la relève dans le monde.

Effets de la Covid-19 sur quelques Objectifs de Développement Durable

  • Objectif 1 : Pas de pauvreté
    La crise sanitaire entraîne une crise économique. Ce qui signifie que les efforts dans la lutte contre la pauvreté connaîtront un coup d’arrêt. Par conséquent, le nombre de personnes touchées par la pauvreté se verrait accroître si rien n’est fait.
  • Objectif 2 : Faim « Zéro »
    La lutte contre la faim dans le monde sera fortement ralentie à cause de la pandémie du fait de certaines mesures de protection. En effet, les populations sont appelées partout dans le monde à rester chez elles et avec la fermeture des frontières, des marchés, etc. la disponibilité et l’accessibilité aux denrées alimentaires sont menacées. Ce qui va impacter la sécurité alimentaire et nutritionnelle.
  • Objectif 3 : Bonne santé et bien-être
    La pandémie à Covid-19 a mis le système sanitaire mondial à « genou ». La forte et rapide propagation de la maladie a entraîné une surcharge sur le système sanitaire de plusieurs pays dans le monde et les pays déjà vulnérables ont vu tout simplement leur système sanitaire s’effondrer.
  • Objectif 4 : Education de qualité
    Dans la plupart des pays, les écoles et les universités ont été fermées. Des millions de jeunes ont été priés de rester chez eux. Dans certains pays, des cours en ligne ont été développés pour permettre à ces jeunes de poursuivre leur formation à distance. Dans d’autres parties du monde, où le système et les moyens ne le permettent pas les jeunes sont simplement restés chez eux pendant plusieurs mois sans aucun accès à une forme d’éducation formelle, encore moins de qualité.
  • Objectif 5 : Egalité entre les sexes
    La majorité des femmes ne travaillant pas ou s’activant dans l’économie informelle sont directement touchées par les effets de la pandémie. Dans les pays en voie de développement, les principales activités économiques des femmes, notamment les petits commerces, sont menacées. Ce qui entraîne une exposition inégale des femmes aux effets de la maladie. La quête de l’égalité entre les sexes sera, par conséquent, confrontée aux effets de cette pandémie.
  • Objectif 6 : Eau propre et assainissement
    L’importance de l’eau et du savon dans la lutte contre le virus à Covid-19 a été rappelée par l’ONU et par les gouvernements dans le monde. Néanmoins, il est estimé qu’environ 2,2 milliards de personnes ne disposent pas d’un accès à l’eau potable et que 4,2 milliards - soit plus de la moitié de la population mondiale - sont privées de systèmes d’assainissement sûrs selon le dernier rapport de l’ONU-Eau. Cette situation risque de s’empirer à cause du changement climatique et rendre l’atteinte de l’Objectif 6 encore plus difficile.
  • Objectif 8 : Travail décent et croissance économique
    L’ODD 8 traitant le « Travail décent et croissance économique » est l’un des objectifs de développement durable les plus éprouvés pendant cette pandémie à Covid-19. En effet, l’Organisation internationale du travail (OIT) estime que la crise économique générée par la pandémie pourrait entraîner une hausse du chômage pouvant aller jusqu’à 25 millions de personnes dans le monde. Il faut également noter qu’une baisse considérable du revenu des travailleurs est perceptible et ce qui induira certainement à une baisse de la croissance économique dans le monde.

Cette analyse sommaire donne une idée rapide sur les effets que la pandémie aura sur les ODD. Elle confirme, par ailleurs, que l’humanité toute entière marche actuellement vers un lendemain incertain mais également que l’espoir est permis si les mesures idoines sont prises et surtout si une approche inclusive, durable et innovante est entreprise.

Vers une approche inclusive, durable et innovante

Malgré les impacts certains de la pandémie sur les ODD, plusieurs initiatives intéressantes sont développées partout à travers le monde. Il s’agit, par exemple, de formes innovantes de solidarité, d’un sursaut humaniste, etc. Dans certains pays, les étudiants en médecine se sont portés volontaires pour appuyer les hôpitaux surchargés de malades ; d’autres étudiants ont proposé des masques, des gels hydroalcooliques, des respirateurs artificiels, etc. Les Etats et les Agences internationales ont développé des plans de riposte ambitieux pour ne laisser personne de côté, à travers les mécanismes d’enseignements à distance, des dons de produits de première nécessité, des prises en charge des factures d’électricité et d’eau pour certaines couches de la société, etc. Toutes ces actions de solidarité favorisent et nécessitent un partenariat durable qui constitue un élément fondamental pour contribuer à l’atteinte des ODD.

Pour que celles-ci se fassent dans de meilleures perspectives, il semble important d’évoluer ensemble vers une approche inclusive, durable et innovante. Ce qui requiert quelques préalables, notamment :

  • Mettre la science au cœur de toutes les actions de développement. Les actions de développement doivent davantage intégrer les recommandations de la science. Les données probantes sont des outils efficaces de prise de décision. Par conséquent, une attention particulière devrait être davantage accordée à la prise en compte des évidences scientifiques et à la multidisciplinarité dans les décisions politiques.
  • Tirer profit du plein potentiel de la technologie et de l’innovation. La technologie et l’innovation sont des catalyseurs incontournables pour l’atteinte des ODD surtout pendant et après la pandémie à Covid-19. En effet, la technologie et l’innovation permettent de maintenir le rythme du développement et même de l’amplifier dans certaines situations. L’utilisation de l’internet et de l’intelligence artificielle en sont des exemples.
  • Renforcer les mécanismes de planification. Aucun développement n’est durable sans un bon mécanisme de planification. La mise en œuvre des ODD ne faisant pas exception à cette règle devrait encore plus maintenant être basée sur une bonne planification au niveau mondial, régional, national et surtout local.
  • Inclure davantage les jeunes et les femmes dans toutes les initiatives. Les femmes et les jeunes constituent la plus grande partie des populations, notamment africaine. Ils sont à cet effet une force de mobilisation et de travail. Par conséquent, les inclure dans toutes les initiatives, au-delà d’être un devoir, est un atout majeur pour multiplier les actions de développement et garantir leur durabilité.
  • Renforcer la protection de l’environnement. Toutes les initiatives et actions de développement dépendent de la stabilité de l’environnement. La lutte contre les changements climatiques et la protection de l’environnement de manière globale est un maillon indispensable pour l’atteinte de tous les objectifs de développement durable.

    Lamine SAMAKE, Ingénieur Agronome – Chercheur à l’IPAR
    Email : laminesamake@ipar.sn

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message

Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.