Think thank sur les politiques publiques dans le secteur agricole et rural en Afrique de l’Ouest

Accueil / Actualités / Revue de Presse / bolongal.com - Quelles opportunités pour les jeunes maliens dans (...)

bolongal.com - Quelles opportunités pour les jeunes maliens dans l’agriculture

Nous avons échangé avec L. Samaké pour découvrir ces mines d’or pour vous.
Lamine Samaké, ingénieur agronome spécialisé en économie et sociologie rurales. Il est actuellement coordinateur de projet à la FAO. Ayant auparavant travaillé au Sénégal au sein d’un Think Tank régional nommé IPAR, comme chercheur et responsable de projet changement climatique, ses travaux ont également porté sur d’autres thématiques, telles que la sécurité alimentaire et nutritionnelle, les Objectifs de Développement Durable, la gouvernance foncière, etc.

19 septembre 2018


Pourquoi l’agriculture ne séduit pas les jeunes comme d’autres métiers ?

LM : Les jeunes ont pour la plupart une perception peu valorisante de l’agriculture. Ils le voient comme un vestige du passé ou encore le travail du « pauvre ». Ils se pratiquent majoritairement en milieu rural où l’accès aux commodités tels que l’électricité, l’eau, l’internet, les infrastructures modernes, … sont très limités.

Actuellement la jeunesse est fortement intéressée par les nouvelles technologies qui nécessitent au moins l’accès à l’électricité et à l’internet. Ce qui pourrait expliquer, entre autres, le désintérêt des jeunes envers l’agriculture.

A cela s’ajoute, le plus souvent le manque criarde d’appuis et d’accompagnements réels pour certains d’entre eux qui souhaiteraient s’y investir. Malgré les politiques agricoles et d’insertion des jeunes, les pouvoirs publics ont du mal a incité la jeunesse à s’intéresser à ce secteur.

Pourquoi les jeunes devraient s’intéresser à l’agriculture ?

L’économie du Mali est dominée par le secteur primaire notamment agricole. Ce secteur contribue fortement au PIB jusqu’à hauteur de 40,9% selon les dernières estimations. L’agriculture est également un excellent pourvoyeur d’emploi car il offre de nombreuses opportunités.

A mon avis, les jeunes ne sont pas assez sensibilisés et informés sur tous les avantages que regorge ce secteur. A titre d’exemple, j’ai été personnellement plus attiré par l’agriculture grâce à l’environnement dans lequel j’ai évolué.

Mes séjours en milieu rural et ma formation d’agronomie m’ont permis de mieux cerner ce secteur. Et, je me suis rendu compte très rapidement que c’est le métier de l’avenir, grâce d’une part à toutes les formes de technologies qu’il est possible d’utiliser, et d’autres part aux opportunités sociales, économiques et environnementales qu’elle détient.

Aujourd’hui, la recherche et les innovations ont favorisé l’implication de nombreux jeunes dans l’agriculture à travers le monde. Il faut dire que ce taux s’accroit progressivement en Afrique et au Mali à l’image de nombreuses Startup qui se développent dans le domaine de l’agroalimentaire ou de la production agricole.

Faut-il être vraiment riche pour être agriculteur au Mali ?

Non, cela est une idée fausse que beaucoup de personnes continuent de croire malheureusement.

Pour l’agriculture comme pour de nombreux autres métiers d’ailleurs, il faut d’abord la passion, l’envie et le courage. Car ce n’est pas un travail facile, malgré qu’aujourd’hui la technologie arrive à réduire les peines et les efforts physiques.

Il faut également être bien formé et maitriser les itinéraires techniques. A ce titre, la formation est la clé de la réussite et cela est encore plus vrai dans le domaine de l’agriculture où la moindre erreur pourrait coûter cher.

Les moyens financiers sont nécessaires, bien sûre, je ne pourrais le contredire car ils permettent d’avoir accès aux intrants agricoles (terres, semences, animaux et autres outils). Je tiens, cependant, à rappeler que le financement peut et doit être progressif pour réduire les risques.

Comment l’agriculture peut aider à réduire le chômage des jeunes ?

Comme je l’ai déjà dit, l’agriculture est un excellent pourvoyeur d’emploi pour les jeunes. Il existe plusieurs maillons sur les chaines de valeur agricoles, de la production à la consommation sur lesquels les jeunes pourraient bien évidement s’adonner.

Nous pouvons retenir la production de semence, la culture des terres, la transformation des produits agricoles, le stockage, le transport ou juste la commercialisation des produits, pour ne citer que ceux-là.

Quelles sont les opportunités à saisir dans l’agriculture ?

Les opportunités dans le domaine agricole sont nombreuses et variées. En effet, la forte croissance démographique et les chiffres alarmants sur la faim dans le monde, amènent à croire davantage à l’importance de la production alimentaire.

Cette production passe inévitablement par le développement de l’agriculture et pourrait offrir des milliers voire des millions d’emplois et des possibilités tels que la formation, l’accompagnement de l’Etat, des partenaires techniques et financiers, des institutions bancaires, etc.

Au Mali, malgré les effets des changements climatiques les facteurs de production agricole sont satisfaisantes. Les ressources en eau de surface sont très importantes. En effet, les fleuves Niger et Sénégal et leurs affluents traversent le pays respectivement sur 1 700 km et 900 km.

A cela s’ajoute, les vastes étendues de terres arables avoisinant 6 681 000 ha sur le plan national et les conditions climatiques globalement favorables. Tous ces éléments constituent des atouts pour le développement agricole au Mali.

Les chaines de valeurs agricoles sont très diversifiées avec la production céréalière, fruitière, légumière et animale. Ces différentes filières agricoles se composent de plusieurs maillons qui offrent des opportunités inépuisables.

Quelle est votre message pour la jeunesse ?

Tout d’abord, je voudrais inviter les jeunes à se former encore et toujours. La formation doit être continue car c’est le principal moyen pour réussir dans un projet. Ensuite, je les encourage à s’intéresser à l’entreprenariat et à l’auto-emploi de manière globale et à entreprendre dans le domaine de l’agriculture et de l’élevage de manière spécifique qui renferme des opportunités intarissables.

Je les incite, ensuite, à s’armer de courage, d’endurance et persévérance car le travail dans l’agriculture n’est pas chose facile comme on pourrait le croire.

Enfin, il faut surtout de la passion, beaucoup de passion, celle qui pourrait vous donner l’envie de vous lever du lit. C’est de cette manière qu’on pourrait faire des merveilles dans ce secteur.

Source : bolongal.com