Think thank sur les politiques publiques dans le secteur agricole et rural en Afrique de l’Ouest

Accueil / Ressources utiles / Mémoires et thèses / Ndeye Mbayang Kébé DIOP : Master en Agrobusiness et développement des chaînes (...)

Ndeye Mbayang Kébé DIOP : Master en Agrobusiness et développement des chaînes de valeur

Etude des opportunités de valorisation des biocarburants en milieu rural et leurs effets socio-économiques : Cas du Jatropha Curcas L

Depuis une dizaine d’année, le défi de plusieurs pays dans le monde est l’autonomie énergétique à partir d’une ressource renouvelable agricole. L’intérêt global pour les énergies renouvelables est motivé d’une part par la hausse des prix du pétrole dans les marchés internationaux, d’autre part par les préoccupations liées aux changements climatiques.
Ces alternatives aux combustibles fossiles constituent pour les pays en développement un moyen de réduire leur dépendance aux importations d’hydrocarbures.
Au Sénégal, depuis la mise en œuvre du programme spécial biocarburants à partir de Jatropha Curcas, les maillons avals de la production sont peu pris en compte même si plusieurs expériences sont notées. C’est dans ce cadre que notre travail de recherche porte sur l’étude des opportunités de valorisation des biocarburants (le Jatropha) et leurs effets socio-économiques en milieu rural. Ce qui nous a permis d’une part d’évaluer la faisabilité technique et financière de la valorisation du Jatropha Curcas, et de déterminer les problèmes technologiques et organisationnels. D’autre part d’explorer les modèles d’affaires en place en vue de déterminer les plus inclusifs pour une maximisation de la valeur ajoutée de la filière. Ce travail s’est inscrit dans une recherche à la fois quantitative et qualitative avec une démarche hypothético-déductive.
Un échantillonnage de type stratifié proportionnel a été effectué sur 212 producteurs dans les zones de Sokone et Kaffrine avec un taux de 30%.
Les résultats de notre étude ont montré que la valorisation du Jatropha en milieu rural est limité par la non maitrise des technologies et techniques d’extraction. En amont, nous notons l’insuffisance d’informations agronomiques sur la plante pour maximiser les rendements.
L’analyse des modèles d’affaires a montré que le modèle de production de biocarburants de la SOPREEF semble être le plus adapté pour le milieu rural car privilégiant l’approche de filières de proximité qui vise l’optimisation des coûts et associe les petits producteurs à chaque maillon de la chaine de production.
L’analyse de la rentabilité financière au niveau de la valorisation a donné des coûts de revient de l’HVP égales à 1086 FCFA/litre à la SOPREEF, 1055,57 FCFA/litre à l’OPDAD et 500 000 FCFA/ Tonne à NEO Sn. Ce qui montre que la rentabilité varie en fonction des types de technologies et procédés d’extraction utilisés. Ainsi, il faudrait de meilleurs rendements d’extraction pour que l’huile de Jatropha soit plus compétitive par rapport au gasoil en milieu rural. Les études sur le système Jatropha à Dialocoto ont montré que des économies de 286 FCFA par semaine et 14885 FCFA par an peuvent être faites par les utilisateurs par rapport à l’utilisation de la bougie pour l’éclairage.
A l’étape de la production, l’étude des effets socio-économiques a révélé des revenus variant entre 3085 FCFA et 2400 FCFA par récolte (respectivement de 30,85kg et 24kg) pour les producteurs associés à la SOPREEF et 23517,7 FCFA/ an pour les producteurs de l’OPDAD.
Pour la production dans le secteur agro-industriel, les producteurs sous contrat avec NEO Sn ont des revenus qui varient entre 2240FCFA et 4550 FCFA/récolte (respectivement de 32kg et 65kh). Avec le cas d’ANOC où toutes les activités sont intégrées, les ouvriers agricoles ont des salaires de 1500 FCFA/jour et 2000 FCFA/jour pour les superviseurs des plantations.
Nous avons formulé des recommandations qui s’inscrivent dans la perspective d’apporter des réponses aux questions des décideurs et différents acteurs sur les possibilités de valorisation des biocarburants et les modèles de filières à mettre en place. Elles s’articulent autour des points suivants :

  • Définir des modalités de production et d’utilisation du Jatropha en milieu rural ;
  • Coordonner les différents acteurs ;
  • Développer les biocarburants en filières de proximités ;
  • Mettre en place des modèles d’affaires plus inclusifs ;
  • Mettre en place un cadre institutionnel et réglementaire qui permet de préserver les intérêts de tous les acteurs de la filière en exprimant clairement une volonté politique