Think thank sur les politiques publiques dans le secteur agricole et rural en Afrique de l’Ouest

Accueil / Directives volontaires pour une gouvernance responsable des régimes (...) / Les parlementaires Gambiens se forment aux directives volontaires pour (...)

Les parlementaires Gambiens se forment aux directives volontaires pour faciliter le dialogue sur la gouvernance foncière responsable

Dans son discours d’ouverture, le gouverneur, M. Salieu Puye a remercié le CCN pour l’organisation de cette importante rencontre de sensibilisation. Selon lui, cet atelier vient à un moment opportun où ils viennent de recevoir le Cadre d’analyse de la gouvernance foncière (LGAF), appuyé par la BM qui constitue le principal document de référence pour la diffusion et la prise en compte des Directives volontaires.

Le Projet de dissémination des Directives Volontaires permet de mettre à profit les résultats de LGAF, notamment avec l’actualisation grâce a l’appui du projet IPAR-FIDA qui vise à instaurer une gouvernance responsable des régimes fonciers applicables aux terres, pêches et forêts (DV) dans la politique et la pratique. Ainsi, les membres de l’Assemblée Nationale sont des acteurs très importants pour l’application des principes des Directives à travers ce projet qui accorde une attention particulière à la situation des femmes et des jeunes. Ce qui contribue au renforcement de l’accès et de la sécurisation foncière des petits producteurs dans les pays en développement en général et en Afrique de l’Ouest en particulier.
Dans son discours, M. Mboge, président de la plateforme des producteurs souligne que les Directives volontaires « ont été élaborées pour permettre aux institutions, organisations de la société civile (OSC) et d’autres partenaires clés de contribuer au dialogue politique en vue d’améliorer la situation foncière des petits producteurs et des groupes vulnérables ». Il ajoute que les Directives volontaires facilitent l’élaboration et la mise en œuvre des plans d’action et d’évaluation fonciers.
Pour sa part, le Vice-Président du comité des parlementaires sur l’Agriculture et député de Jarra-Orient, l’honorable Bafaye Saidykhan, est revenu sur les principales fonctions de l’Assemblée nationale à savoir : la représentation, la législation (l’examen des projets de loi et les politiques, attribution des programmes et projets aux ministères et organismes parapublics pour la mise en œuvre) et la fonction de surveillance des fonds publics. D’où la nécessité de disposer d’outils d’analyse surtout sur les projets à emprise foncière. L’honorable Saidy khana a enfin félicité le CCN qui est la première organisation multi-acteurs et principalement d’agriculteurs à associer les membres de l’Assemblée Nationale dans ses activités pour les sensibiliser sur la question foncière en particulier les Directives. Ce qui permettra la sensibilisation aux niveaux exécutif et judiciaire du gouvernement sur les directives volontaires.

Les Objectifs de formation
1. Sensibiliser les membres de l’Assemblée Nationale et ceux de la Commission de la terre sur les Directives volontaires ;
2. Passer en revue le cadre juridique et la propriété traditionnelle du foncier en Gambie ;
3. mettre en place un mécanisme de collaboration entre la CCN et l’Assemblée nationale
4. assurer une diffusion adéquate des Directives en Gambie aux niveaux appropriés.

Recommandations de l’atelier
Au sortir de la formation, les participants ont formulé des recommandations allant dans le sens de renforcer la sensibilisation et l’intégration des Directives à différents niveaux.
Elargir la sensibilisation au niveau des districts et régional en ciblant les agriculteurs et les chefs traditionnels ;
Créer des mécanismes de collaboration entre le Comité de pilotage et l’Assemblé Nationale sur toutes les questions relatives à la gouvernance foncière et à l’agriculture ;
Sensibiliser les techniciens des ministères clés tels que l’agriculture, la gouvernance locale et les terres, de la communication, de la Justice, de l’Intérieur, et le Bureau du Président sur les Directives ;
Associer le comité restreint de l’Assemblée nationale sur l’agriculture et l’environnement dans les activités de dissémination décentralisées ;
Développer une stratégie de communication à tous les niveaux institutionnels pour l’utilisation des résultats du projet dans la deuxième phase.

Leçons apprises
La reconnaissance de l’importance du cadre d’analyse de la gouvernance foncière(LGAF) et des Directives Volontaires comme des outils pour l’évaluation des politiques et des pratiques liées à l’administration et l’utilisation des terres ;
Les Directives ont attiré l’attention des députés sur l’importance des différents domaines thématiques dans la conduite de la croissance économique ;
La nécessité de la gestion durable des ressources naturelles avec toutes les parties prenantes revêt une importance capitale (Aucun secteur n’est plus important que l’autre car il y’a une interdépendance par exemple Agriculture vs Forester, des ressources en eau contre la santé etc.)
La mise en œuvre des politique est la responsabilité de toutes les parties prenantes (public / gouvernement, secteur privé, collectivités). Une manière de promouvoir le partenariat public-privé (PPP) ;
Dans l’examen des politiques, projets de loi, etc. les membres de l’Assemblée nationale ont besoin de les relier au-delà des frontières en considérant la façon dont ils sont liés à certains des engagements sous régionaux, régionaux et internationaux (conventions, protocoles, etc.).