Think thank sur les politiques publiques dans le secteur agricole et rural en Afrique de l’Ouest

Accueil / Directives volontaires pour une gouvernance responsable des régimes (...) / Lancement et partage des Directives Volontaires en Gambie

Lancement et partage des Directives Volontaires en Gambie

Le projet de dissémination et de la mise en œuvre des Directives volontaires en Gambie porté par le National Coordinating Organization for Farmers Association The Gambia (NACOFAG) a été lancé au cours d’un atelier du 01 au 04 mars 2014 en Gambie.

L’atelier de lancement avait pour but de partager des informations essentielles sur le projet avec toutes les parties prenantes et identifier les modalités pratiques de dissémination des DV en Gambie. Il s’agissait plus spécifiquement de partager :
• Une compréhension commune des enjeux du projet entre les différentes catégories d’acteurs ;
• La définition des objectifs, des résultats attendus, de la stratégie de mise en œuvre et des rôles et responsabilités de chaque partie prenante ;
• La diffusion des principes qui régissent le Cadre d’évaluation de la gouvernance foncière (CAGF) ;
• L’assurance que les institutions, organisations de la société civile (OSC), organisations non gouvernementales (ONG) et d’autres partenaires clés peuvent utiliser les Directives Volontaires pour l’organisation et / ou la contribution à des plates-formes de dialogue sur les politiques foncières afin d’améliorer la situation foncière des petits exploitants et les groupes vulnérables ;
• La reconnaissance et la légitimation des organes de coordination et de pilotage du projet.

Quelques propos de participants

Al. Ebrima A.T. Jammeh, chief of upperBaddibou and Secretary “Je voudrais lancer un appel aux organismes de financement pour qu’ils prennent en considération l’extension et l’expansion, le partage et la dissémination des questions de gouvernance foncière en créant des synergies entre les membres de l’Assemblée nationale et toutes les parties prenantes du pays : femmes, leaders paysans, journalistes, commissaires à l’assermentation et notaire etc.”

Lamine Sanneh PS, Minister of lands, governance and regional integration
 : “Selon M. Lamin Sanneh, le Projet de dissémination des Directives a été conçu pour mettre à profit les résultats de l’application du Cadre d’analyse de la gouvernance foncière (LGAF) et mettra l’accent sur l’amélioration des moyens de subsistance des petits producteurs grâce à l’inclusion des principes des Directives Volontaires pour une gouvernance responsable des régimes fonciers applicables aux terres, pêches et forêts dans les politiques et la pratique. Ce projet est conduit dans quatre pays d’Afrique de l’Ouest (Gambie, Mali, Mauritanie et Sénégal) qui partagent plusieurs similitudes et affichent des conditions favorables pour le changement dans les questions de gouvernance foncières.”

Mme Mariatou Njie, adjoint au Représentant de la FAO
 : “La FAO, pour sa part jouera un rôle essentiel dans la facilitation de la mise en place des fermes et des installations agricoles dans les zones forestières .Mme Njie a informé l’auditoire que la FAO a participé activement aux nombreuses consultations qui ont donné lieu à l’élaboration du document principal sur les Directives Volontaires et leur adoption à l’échelle mondiale.”

Le président d’honneur du ROPPA a d’abord remercié le gouvernement gambien pour la création d’un environnement propice à la mise en œuvre des Directives Volontaires. Selon M. CISSOKO « nous avons entendu des gens parler de l’abondance de terres impropres a l’agriculture, citant l’exemple du tronçon sud de la Gambie. Nous devons être conscients du fait que les terres disponibles depuis le temps des grands-parents n’ont jamais augmenté contrairement à la population et l’utilisation de ces terres qui augmentent de façon exponentielle ». Il a invité tous les acteurs à poursuivre le dialogue en vue de sensibiliser le public, identifier les rôles et responsabilités de chacun des acteurs qui est cruciale dans le processus. Le succès et la continuité du programme sont de la responsabilité totale des exécutants avec le plein appui du Comité national multi-acteurs qui sera mis en place.
Selon M. Camara les Directives Volontaires fonctionnent sur des principes généraux qui sont les suivantes :
• Reconnaître et respecter tous les détenteurs de droits fonciers légitimes ;
• Promouvoir la promotion, l’accès à la justice pour permettre le traitement, la prévention des conflits fonciers ;
• Respecter la dignité humaine en reconnaissant les qualités intrinsèques de l’égalité des chances, de la justice, de l’égalité des sexes,