Think thank sur les politiques publiques dans le secteur agricole et rural en Afrique de l’Ouest

Accueil / Nos publications / Déclarations et communications / Genre et foncier : situation au Sénégal de 1994 à 2008 - Dr. Jacques (...)

Genre et foncier : situation au Sénégal de 1994 à 2008 - Dr. Jacques Faye

« … On peut dire que de 1994 à aujourd’hui, l’Etat n’a à aucun moment pris une initiative pour définir concrètement les droits d’accès des femmes à la terre. L’affirmation explicite de ces droits dans la Constitution de 2001 n’a pas permis d’avancée significative.
Pourtant, les discours officiels sur la question sont réguliers et les organisations de défense des droits des femmes exigent régulièrement l’application concrète de ces droits. Très clairement, cette question est une préoccupation forte et permanente des femmes. On peut donc se demander pourquoi les hommes et les femmes politiques n’ont pas rendu effectifs ces droits, malgré leurs promesses ? Et pourquoi les organisations de défense des droits des femmes n’ont pas obtenu gain de cause, malgré leurs plaidoyers ?… »

Communication : GENRE ET FONCIER : UNE QUESTION BLOQUÉE « Situation au Sénégal 1994 à 2008 »

Une contribution de Jacques Faye à la table ronde sur « L’accès des femmes à la terre en Afrique de l’Ouest : problématique et listes de solutions au Sénégal et au Burkina Faso » qui a eu lieu à Mbour, au Sénégal, du 2 au 4 juillet 2008.
La table ronde a été appuyée par le CRDI, Centre de recherches pour le développement international (Canada) et le projet Dimitra (FAO). Pour le projet Dimitra, elle s’inscrivait dans le cadre de son soutien aux travaux conduits par ses partenaires en Afrique de l’ouest, l’ENDAPronat, Protection des Ressources Naturelles (Sénégal) et le RECIF/ONG-BF, Réseau de communication, d’information et de formation des femmes dans les ONG au Burkina Faso.

Pour le CRDI, elle entrait dans la continuité d’un programme d’activités de recherche sur l’accès des femmes à la terre intitulé « Pauvreté rurale et Environnement ». Cette rencontre a regroupé des partenaires de base, ONG et associations, universités, chercheurs, élus locaux et décideurs politiques.