Think thank sur les politiques publiques dans le secteur agricole et rural en Afrique de l’Ouest

Accueil / Actualités / Revue de Presse / 10 ans IPAR…et si jacques Joseph Faye était-la, ce sociologue spécialiste du (...)

10 ans IPAR…et si jacques Joseph Faye était-la, ce sociologue spécialiste du monde rural

« Aujourd’hui, au Sénégal on bute devant un certain nombre d’éléments qui font qu’il y’a des difficultés d’aller vers une réforme foncière inclusive… », selon Dr. Cheikh Oumar Ba (Directeur Exécutif de l’IPAR)

24 novembre 2018

Dans le cercle restreint des think tank au Sénégal, dans le paysage agricole ou de recherche, l’initiative prospective agricole et rurale (IPAR) est très crédible et incontournable grâce à un sociologue spécialisé du monde rural et foncier agricole, c’est-à-dire, l’accès à la terre, il s’agit du feu Dr. Jacques Joseph Faye, décédé en 2010, qui a tout débuté en 2008 dont ses dignes héritiers sous la houlette du Dr. Cheikh Oumar Ba, Actuel Directeur Exécutif de l’IPAR, Dr. Aminata Niane Badiane, PCA IPAR, Marius DIA du CNCR, sont en train de perpétuer son œuvre et ambitionnent même de lui rendre hommage à travers un colloque international de 72 heures qui réunira plus de 150 participants venus de toutes les terres ou cieux du monde agricole, dans le contexte des 10 ans de l’IPAR, axé sur le thème principal : « L’avenir des exploitations familiales d’Afrique de l’Ouest dans une économie mondialisée », a appris jeudi matin à Dakar de la part des organisateurs, le reporter du premier journal en ligne agricole du Sénégal le www.rondelleplus.org , au cours d’une face à face avec la presse agricole sénégalaise.

Ainsi, ce colloque à dimension internationale va s’ouvrir à compter du 27 Novembre 2018 et va se clôturer le 29 Novembre 2018. Selon un communiqué parvenu à notre rédaction, il est souligné qu’à l’heure où les institutions africaines tentent d’émerger dans un paysage extrêmement concurrentiel, l’IPAR a réussi à franchir des étapes importantes dans la vie d’un think tank ouest africain. Sous ce registre, ce parcours mérite d’être revisité, capitalisé et partagé pour en tirer des leçons à partager tant au niveau national qu’à l’échelle sous régional.
A en croire, Dr. Cheikh Oumar Ba, en ces termes : « Par rapport à cette question de réforme foncière, il a été retenu dans l’agenda que nous allons dédier une des thématiques de la conférence sur les questions foncières. Il est prévu d’ailleurs de revisiter ce que l’on appelle les politiques foncières en Afrique de l’Ouest parce que le colloque ne portera pas seulement sur le Sénégal, c’est un colloque international, parce qu’on sait qu’avec la mondialisation, les exploitations familiales sont des enjeux importants. Nous allons revisiter les politiques foncières en Afrique de l’Ouest pour que le Sénégal puisse s’en inspirer. Nous reconnaissons la volonté du gouvernement de réformer la terre, mais la réforme de la terre, nous avons vu que dans certains pays ça fait des centaines d’années, en Europe.

Aujourd’hui, au Sénégal on bute devant un certain nombre d’éléments qui font qu’il y’a des difficultés d’aller vers une réforme foncière inclusive et qui garantissent les intérêts de toutes les catégories d’acteurs. Donc, nous pensons qu’en ayant cette opportunité que le Burkina, que le Bénin, que le Mali…qui viennent de terminer leur réforme puissent se retrouver au Sénégal pour évaluer les processus de réforme foncière dans leur pays et que le Sénégal y contribue, on pourra tirer des enseignements sur comment reprendre la réforme foncière au Sénégal et ça pourrait faire partie de l’agenda justement dans le cadre des élections présidentielles à venir.

Maintenant, il n’y aura pas de visites spécifiques sur le terrain, le temps est trop court. En revanche, il y’aura une visite à Gorée. Toutes les délégations qui viennent au colloque international, ils iront à Gorée pour rendre hommage à Jacques Joseph Faye, ça sera le mercredi 28 Novembre 2018 à partir de 18 heures jusqu’à 22 heures, ça sera fait en lien avec le Ministère de l’Agriculture et de l’Equipement Rural (MAER), avec aussi le Maire de Gorée ». Par ailleurs, sur la plateforme www.colloquejacquesfaye.org que nous avons parcouru, il est argumenté que : « Jacques Joseph Faye est né, il y’a soixante-quatre ans à Gorée, Île chargée d’histoire à laquelle, il a toujours été viscéralement attaché. Ceci explique sa subjectivité toute singulière, propre aux insulaires, sa volonté irrésistible de toujours défendre une barricade, quoi qu’il en coûte. Ecole communale de Gorée, Lycée Van Vollenhoven, à l’époque creuset d’excellence, Université François Rabelais de Tours où il obtient sa Maîtrise de sociologie en 1971.

Puis, Jacques Faye est rentrée au Sénégal. Il a travaillé tout d’abord, jeune sociologue, à l’Office des Habitations à Loyer Modérés, l’OHLM sur le grand projet des Parcelles Assainies. Son intransigeance pour faire respecter l’option fondatrice de ce projet, permettre aux plus déshérités d’accéder au logement, son refus des passe-droits lui ont valu d’être remercié. Il opta alors pour la recherche qui lui semblait plus en adéquation avec sa liberté d’esprit. Il entre donc à l’institut sénégalais de recherches agricoles (ISRA) au centre de Kaolack comme chef du projet : « Régime Foncier ». De 1977 à 1980, il prend la responsabilité du Projet Unités Expérimentales puis devient Directeur du Secteur Centre Sud ISRA. Il rédige alors sa thèse en géographie tropicale qu’il soutient en 1982 à l’Université Paris X Nanterre… ».

Pour rappel, 13 pays sur les 15 membres de la CEDEAO, les responsables des organisations paysannes sont attendus au colloque international qui rend hommage au feu Jacques Joseph Faye. Bref, en dehors du ROPPA (Réseau des Organisations Paysannes et de Producteurs de l’Afrique de l’Ouest), il y’aura d’autres organisations paysannes qui seront aussi présentes comme la France notamment AFDI (Agriculteurs Français et Développement International) www.afdi-opa.org , Madagascar, Congo…y compris toutes les organisations paysannes sénégalaises (CNCR), plus de 68, dont 28 fédérations nationales.

Par Amadou Tidiane Sow

Source : rondelle